Pour un Code de la Rue à Montpellier

Les transports et la qualité de vie feront partie des thèmes majeurs abordés lors de la campagne aux élections municipales 2014. Nous pouvons travailler sur un projet global présentant notre vision de la ville et de l’aire urbaine à l’horizon 2020 sous la forme d’un document synthétisant nos propositions pour que soit menée une politique ambitieuse visant à améliorer la qualité de vie et à favoriser les modes actifs (vélo et marche à pied), dans toute l’agglomération montpelliéraine.

jpg_CodeDeLaRueAvant

Avant – Code de la route

Voici quelques propositions pour la préparation de notre Café Vélocité du 26 novembre 2013, fruit d’un groupe de travail « Partage de la rue » qui existe au niveau de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB). Ses suggestions et propositions seront à terme proposées au législateur. A nous de travailler pour arriver à «Code de la rue Montpellier Territoire ».

Premier objectif : arriver à un code de la rue, qui permette un partage de la rue entre tous. Quelques pistes des modifications au code de la route:

  • limitation des vitesses en ville vers un seuil général de 30km/h, avec
  • dérogations éventuelles vers 20km/h ou 40km/h ; réduction des feux rouges pour la priorité à droite.
  • généralisation du « cédez le passage au feu » pour tourner à droite ou pour aller tout droit en l’absence de croisement.
  • généralisation des doubles sens cyclables.
  • circulation en milieu de voie en « zone apaisée ».
  • proportionnalité des peines pour une infraction commise et différentiation selon le type d’usager : piéton, cycliste, conducteur de véhicule motorisé et selon la dangerosité (dont le stationnement gênant sur les trottoirs).
  • facilitation de la mobilité des handicapés par l’autorisation des fauteuils roulants sur les pistes cyclables, de l’accroche d’une remorque au porte-bagage, de la circulation avec remorque sur les aménagements cyclables.
jpg_CodeDeLaRueApres

Apres – Code de la rue

Il faudra aussi un engagement : pas de travaux de voiries, quels qu’ils soient, sans aménagement cyclable, et réalisation immédiate d’un itinéraire temporaire, piste ou bande cyclable, lors de la suppression d’un itinéraire permanent lors de travaux de longue ou courte durée.

Second objectif : proposer une politique cyclable cohérente. Pour qu’elle porte ses fruits, elle se doit d’être plus qu’un panel de mesures accolées les unes aux autres. Elle doit être présente à tous les étages des projets pilotés par la municipalité. Elle doit s’inscrire globalement dans une politique de restriction de l’usage de l’automobile et de développement des transports en commun, dont le vélo et la marche à pied sont des partenaires naturels.

Sa gouvernance doit également être simplifiée. La dualité Commune – Agglo a dilué les compétences et les prises de décisions sur de trop nombreux échelons, que ce soit au niveau politique ou administratif. La politique cyclable doit être recentralisée, autour d’un vice-président en charge des modes actifs, assisté d’un chargé de mission ayant autorité sur des référents vélos répartis dans les pôles, validant systématiquement tous les aménagements de voiries réalisés sur le territoire de l’Agglo .

Voici aussi un lien vers le code de la rue de Bordeaux